Chrétiens et juifs, ... des amis !

Le site de l'association COEUR: Comité OEcuménique d'Unité chrétienne pour la Repentance envers le peuple juif.

 

Remarque préalable:
Ce texte est reproduit tel que publié, en anglais uniquement, par le Conseil Oecuménique de Eglises, sur son site internet   
www.oikoumene.org
Tout en désapprouvant le contenu de ce document, 
comme expliqué dans le dossier 207 (cliquez ici pour y accéder)  nous le publions ici pour donner à nos lecteurs une information complète sur ce sujet.
La traduction placée ensuite n'est pas fournie par le COE

STATEMENT ON THE CONFLICT IN ISRAEL/PALESTINE: 
THE TIME IS RIPE TO DO WHAT IS RIGHT

With the responsible powers and authorities providing little prospect of a viable future for both Israelis and Palestinians, with concern rising around the world at the recent course of events in the conflict, and with various peace plans and numerous UN resolutions languishing unimplemented, the World Council of Churches Executive Committee, meeting in Geneva, 16-19 May, 2006, comes to a sober conclusion:  Peace must come soon or it may not come to either people for a long time.

 

Failure to comply with international law and consequences thereof has pushed the situation on the ground up to a point of no return. The disparities are appalling.  One side is positioning itself to unilaterally establish final borders on territory that belongs to the other side; the other side is increasingly confined to the scattered enclaves that remain.  On one side there is control of more and more land and water; on the other there are more and more families deprived of land and livelihoods.  On one side as many people as possible are being housed on occupied land; on the other side the toll mounts of refugees without homes or land.  One side controls Jerusalem, a city shared by two peoples and three world religions; the other—Muslim and Christian—watches its demographic, commercial and religious presence wither in Jerusalem.  From both sides, military forces or armed groups strike across the 1967 borders and kill innocent civilians.  On both sides, authorities countenance such attacks.  

 

Finally, the side set to keep its unlawful gains is garnering support from part of the international community.  The side that, despairing at those unlawful gains, used legitimate elections to choose new leaders is being isolated and punished.

 

All parties to the conflict and the foreign powers implicated in it now face a world dangerously divided over this conflict, a world increasingly convinced that the goal of peace for all has been traded away for gains by one side.

 

At this critical juncture the contribution of churches can be to speak from the perspective of ethics. The actions noted above and others like them cannot be justified morally, legally or even politically.

 

Late in the long civil rights struggle in the U.S., Dr. Martin Luther King wrote:

“[T]ime…can be used destructively or constructively.  More and more I feel that the people of ill will have used time much more effectively than have the people of good will.  We will have to repent in this generation not merely for the hateful words and actions of the bad people, but for the appalling silence of the good people. … We must use time creatively, in the knowledge that the time is always ripe to do right.” [‘Letter from Birmingham Jail’ 1965]

 

The same hard diagnosis applies to the struggle for a just and durable peace between Israelis and Palestinians.  Impunity toward international law, the United Nations Charter, resolutions of the UN Security Council and rulings of the International Court of Justice has long characterized actions on the ground.  Now the same phenomenon is apparent in international policies toward the conflict as well.  Legal norms that bear so heavily on this conflict—territorial integrity, the peaceful resolution of conflict, the right to self-determination and the right to self-defence, among others—are being more widely ignored. 

 

Calls for the application of these norms anchor six decades of church policy toward the conflict, including WCC Statements on ‘The Wall in the Occupied Palestinian Territories and Israel’s Annexation of Palestinian Territory’ (2004), ‘The Ecumenical Response to the Israeli-Palestinian Conflict’ (2002 and 2001), ‘Jerusalem Final Status Negotiations’ (2000), ‘The Status of Jerusalem’ (1998),  ‘The Middle East’ (1993, 1983, 1974, 1969, 1968 and 1967), ‘Jerusalem’ (1980, 1975 and 1974), and ‘The Emergence of Israel as a State’ (1948).  One theme stands out: “What we desire is equal justice for both Palestinian people and Jewish people in the Middle East,” (WCC Executive Committee, Bad Saarow, GDR, 1974), but international law has not been conclusively applied for the collective good.

Most recently, the WCC has requested the Middle East ‘Quartet’ to give the new Palestine authorities time to develop and demonstrate their policies.  The WCC also called Quartet members—the United States, the European Union, Russia and the United Nations—to exercise even-handedness when dealing with the conflict and be the determined and objective third party needed to bring Israeli and Palestinian authorities into equitable negotiations. 

Respect for existing agreements is required of both sides.  Democracy must be protected where it is taking root.  The use of violence pre-empts normal bilateral relations for Israeli as well as Palestinian authorities.

Ending double standards is a prerequisite for peace.  The current impasse must be broken. All parties must see the necessity and human benefit in re-aligning current political decisions with long-standing legal commitments and undeniable moral obligations. The precious, life-saving opportunity is now.  

 

The Executive Committee of the World Council of Churches, meeting in Bossey, Switzerland, 16-19 May 2006:

Urges the international community to establish contact and engage with all the legitimately elected leaders of the Palestinian people for the resolution of differences, and not to isolate them or cause additional suffering among their people;

Strongly supports, and calls the international community to support, two-way and equitable negotiations as the path to mutual recognition between Israel and Palestine and to the resolution of other contentious and substantive obstacles to peace as noted in the succession of United Nations Security Council and General Assembly resolutions. 

Recommends that, in the interests of equitable treatment and as a new foundation for peace, both parties to the conflict be held to one and the same standard for ending violence, meeting their existing agreements and recognizing each other’s existence including the 1967 borders. 

Insists that all High Contracting Parties to the Fourth Geneva Convention (including Israel, the U.S., States of the European Union, Russia, and the repository state, Switzerland) ensure the well-being of the occupied population.  Urgent actions include ending the punitive measures imposed on the Palestinian people in violation of the Fourth Geneva Convention and its prohibition of collective punishment—including the tax, aid and travel restrictions imposed after their recent democratic elections—and requiring the occupying power to fulfil its responsibilities for the well-being of the population in all areas it controls, including the Gaza Strip. 

Reminds the United Nations and its member states of UN responsibility to make Jerusalem an open and inclusive city for the two peoples and three religions, shared in terms of sovereignty and citizenship.

Encourages the government of Israel to base its security on peace with all its neighbours, including the equitable negotiation of final borders with those neighbours and excluding the unilateral imposition of borders on those neighbours.

Encourages the Palestinian Authority to include parties across the political spectrum in the processes of democracy and of non-violent conflict resolution, to protect the democratic rights of its people from external pressures as legitimate rights under international law, to maintain the existing one-party cease-fire toward Israel and extend it to cover all parties, and to demonstrate that all forms of violence and attacks across the 1967 borders between Israel and the Occupied Palestinian Territories against innocent civilians on either side must stop.

Calls member churches and the WCC to share solidarity with people on both sides of the conflict as a witness for peace:

§          Advocate for the measures indicated above, reflecting world-wide church concern at the Israeli-Palestinian conflict, the implications of the conflict in different regions, and the ever more urgent need for remedial actions by the responsible authorities; use legitimate forms of pressure to promote a just peace and to end unlawful activities by Israelis or Palestinians. 

§          Find constructive ways to address threats experienced among the Jewish people, including the nature, prevalence and impact of racism in local, national and international contexts. 

§          Heed calls for help from the churches of Jerusalem at this time of trial, assist them in their service to society and support church aid work with people in need; seek help from churches in the Middle East to educate churches elsewhere about the conflict, the region and the path to peace; pray for peace.

§          Send church members to Israel and Palestine as part of the Ecumenical Accompaniment Programme in Palestine and Israel until the occupation ends.

§          Engage in dialogue with churches that link current events in the Middle East with certain Biblical prophecies.  Such dialogue would include concrete and legitimate political perspectives on justice, the impact of such linkages on the presence and witness of the Christian churches of the region, and discussions about the nature of Christian witness for peace in the Middle East.

§          Work to enhance the security of all people in the region, in accordance with the WCC Ninth Assembly Minute, by urging relevant governments to support the establishment in the Middle East of a Nuclear-Weapons-Free Zone to include Israel and Iran.

 


Traduction française proposée (non fournie par le COE)


Il est temps de faire ce qui est juste

 

Alors que les autorités offrent peu de perspective viable pour l’avenir d’Israël et de la Palestine, alors que le conflit fait monter la tension dans le monde entier et que les différents plans de paix demeurent sans effet, le comité exécutif du Conseil Mondial des Eglises réuni du 16 au 19 mai 2006 parvient à une conclusion sobre : la paix doit venir bientôt, ou bien elle ne viendra pas avant longtemps pour les deux peuples.

Par manque de respect du droit international et de ses conséquences, la situation sur le terrain a atteint un point de non-retour. Les inégalités sont criantes. Une partie est en train de définir unilatéralement ses frontières définitives sur le territoire qui appartient à l’autre partie, laquelle se trouve de plus en plus confinée dans les enclaves éparpillées qui lui restent. Une partie contrôle de plus en plus de terre et d’eau ; l’autre compte de plus en plus de familles privées de terre et d’eau. D’un côté, on loge de plus en plus de monde sur des territoires occupés, de l’autre, le nombre des réfugiés sans toit ni terre ne cesse d’augmenter. Une partie contrôle Jérusalem, cité partagée entre deux peuples et trois religions ; l’autre – musulman et chrétien – regarde, impuissante, sa présence démographique, économique et religieuse se diminuer dans Jérusalem. Des deux côtés, des forces militaires ou groupes armés font des tirs croisés à travers les frontières de 1967, tuant des civils innocents. Des deux côtés, les autorités y consentent.

Enfin, la partie déterminée à conserver ses gains illicites amasse en plus le support de la communauté internationale. L’autre partie, désespérée par ces mêmes gains illicites, recourrut aux élections légitimes pour choisir de nouveaux leaders et s’en trouva isolée et punie. Les deux parties en conflit et les puissances étrangères qui s’y impliquent font face maintenant à un monde dangereusement divisé sur ce sujet, un monde de plus en plus convaincu que l’objectif de paix pour tous a été troqué contre des gains pour un seul côté.

A ce moment critique, la contribution de l’église consiste à parler du point de vue de l’éthique. Les actions ci-dessus mentionnées et d’autres faits semblables ne peuvent aucunement se justifier, ni moralement, ni légalement, ni politiquement.

 

Au bout de sa longue lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis, Dr Martin Luther King écrivit :

« Le temps peut s’employer de façon soit constructive soit destructive. Je ressens de plus en plus que les gens de mauvaise volonté utilisent le temps de façon bien plus efficace que les gens de bonne volonté. Nous aurons à nous repentir, dans cette génération, non seulement pour les mots et les actes de la haine de la part des mauvais, mais aussi, du silence navrant des bons. Nous devons employer le temps de manière créative, sachant qu’il est toujours temps de faire ce qui est juste. » (extrait de la lettre de la prison de Birmingham, 1965)

 

Ce même diagnostic exigeant s’applique à la lutte pour une paix juste et durable en Israéliens et Palestiniens. L’impunité à l’égard du droit international, des chartes de l’ONU, des résolutions du Conseil de Sécurité et des jugements des tribunaux internationaux a longtemps caractérisé les actions sur le terrain. Maintenant le phénomène devient également apparent sur la scène de la politique internationale à l’égard du conflit. Les normes légales qui pèsent tant dans ce conflit – intégrité territoriale, résolution pacifique, droit à l’autodétermination et à l’autodéfense, entre autres – sont largement ignorées.

Des appels pour l’application de ces normes font partie intégrante des six décennies de la politique de l’église à l’égard du conflit. Le Conseil a émis en 2004 une déclaration intitulée « Le Mur et l’Annexation israélienne des Territoires Palestiniens ». « La Réponse Œcuménique au Conflit Israélo-Palestinien » (2002), « Le Statut de Jérusalem » (1998), « Le Moyen-Orient » (1993, 1983, 1974, 1969, 1968 et 1967), « Jérusalem » (1980, 1975 et 1974) et « L’Emergence d’Israël en tant qu’état » en 1948 ont jalonné nos actions. Un thème récurrent en ressort : « ce que nous désirons, c’est une justice équitable entre Palestiniens et Israéliens » (déclaration du COE à Bad Sarrow en ex-RDA). Mais le droit international n’a jamais été appliqué de façon assez conclusive pour le bien collectif.

Récemment, le COE a demandé au Quartet d’accorder à l’Autorité Palestinienne le temps pour développer et démontrer sa politique. Le CME a également fait appel aux membres du Quartet – Etats-Unis, Union Européenne, Russie et ONU - d’agir en tierce partie impartiale et objective afin d’amener Israéliens et Palestiniens vers des négotiations équitables.

Le respect des accords existants est requis des deux côtés. La démocratie doit être protégée là où elle prend racines. La violence empêche des relations bilatérales normales tant pour les Israéliens que pour les Palestiniens.

Cesser la pratique de « deux poids deux mesures » est un pas obligé vers la paix. L’impasse actuelle doit être brisée. Toutes les parties doivent prendre en considération la nécessité et l’avantage humain dans le réalignement des décisions politiques actuelles avec les convictions à long terme et les obligations morales indéniables. Cette opportunité, précieuse, qui sauvera des vies, c’est maintenant.

 

Le comité exécutif du Conseil Mondial des Eglises, réuni à Bossey en Suisse, du 16 au 19 mai 2006 :

·   Réclame que la communauté internationale établisse le contact et s’engage avec les responsables politiques légitimement élus par le peuple palestinien en vue de trouver la solution aux différends, au lieu de les isoler et causer ainsi plus de souffrance parmi le peuple ;

·   Soutient fermement, et appelle la communauté internationale à soutenir les négotiations équitables, bilatérales, comme chemin vers la reconnaissance mutuelle entre Israël et la Palestine et vers la solution des autres contentieux et obstacles à la paix, tel que le préconisent les résolutions du Conseil de Sécurité et de l’ONU ;

·   Recommande, dans l’intérêt du traitement équitable et comme un nouveau fondement pour la paix, que les deux parties en conflit soient tenues de cesser la violence, sans qu’il y ait deux poids deux mesures, en honorant les accords existants et reconnaissant l’existance de chaque partie, à l’intérieur des frontières de 1967 ;

·  Insiste que tous les signataires de la Quatrième Convention de Genève, y compris Israël, les Etats-Unis, les états de l’Union Européenne, la Russie et la Suisse, s’assurent du bien-être de la population occupée. Des actions urgentes consistent à :
- lever les mesures punitives imposées sur la population palestinienne, en violation de la Convention de Genève et ses interdictions de la punition collective – englobant les restrictions de déplacement, d’aide et de collecte d’impôts qui ont été imposées après les élections démocratiques.
- demander à la force d’occupation de remplir ses responsabilités pour le bien-être de la population dans tous les lieux qu’elle contrôle, y compris la bande de Gaza ;

·  Rappelle les Nations Unies et ses membres de la responsabilité de faire de Jérusalem une cité ouverte et inclusive pour les deux peuples et les trois religions, partagée en termes de souveraineté et de citoyenneté ;

·  Encourage le gouvernement d’Israël de baser sa sécurité sur la paix avec tous ses voisins, via les négotiations équitables sur les frontières définitives avec lesdits voisins en excluant les mesures unilatérales leur imposant des frontières arbitraires ;

·   Encourage l’Autorité Palestinienne d’inclure toutes les formations politiques dans le processus démocratique et dans la recherche de solution pacifique au conflit, de protéger les droits démocratiques de son peuple de toute pression extérieure en tant que droits légitimes au regard du droit international, de maintenir le cessez-le-feu existant envers Israël et de l’étendre à toutes les parties, de démontrer que toutes formes de violence et d’attaques au-delà des frontières de 1967 entre Israël et les Territoires Palestiniens contre les civils innocents doivent cesser des deux côtés ;

·  Appelle les églises membres du Conseil à partager leur solidarité avec les deux parties du conflit comme un témoignage de paix :

-  Qu’elles plaident en faveur des mesures ci-dessus mentionnées, reflétant l’inquiétude qu’éprouvent les églises du monde entier au sujet du conflit israélo-palestinien et ses implications dans les différentes régions et du besoin urgent des actes réparateurs de la part des autorités concernées, qu’elles usent les formes légitimes de pression pour promouvoir une paix juste et pour mettre fin aux activités illégales des israéliens ou des palestiniens.

-  Qu’elles trouvent un moyen constructif pour traiter les menaces expérimentées par le peuple juif, dans la nature, l’expansion et l’impact du racisme dans les contextes locaux, nationaux ou internationaux.

-  Qu’elles soient attentives aux appels à l’aide des églises de Jérusalem dans ce temps d’épreuve, qu’elles les assistent dans leur service envers leur société et soutiennent les œuvres auprès des nécessiteux ; qu’elles cherchent l’apport des églises au Moyen-Orient pour éduquer leurs propres membres sur le conflit, la région et le chemin vers la paix. Qu’elles prient pour la paix.

-   Qu’elles envoient des membres en Israël et en Palestine dans le cadre du Programme Œcuménique d’Accompagnement, jusqu’à ce que l’occupation prenne fin.

-   Qu’elles s’engagent dans le dialogue avec les églises qui relient les actualités du Moyen-Orient avec certaines prophéties bibliques. Un tel dialogue inclurait les perspectives politiques concrètes et légitimes sur la justice, l’impact d’une telle démarche sur la présence et le témoignage des églises chrétiennes de la région et les discussions sur la nature du témoignage chrétien pour la paix dans le Moyen-Orient.

-  Qu’elles oeuvrent pour la sécurité de tous les peuples de la région, en accord avec le communiqué de la Neuvième Assemblée du Conseil, en demandant aux gouvernements de soutenir l’établissement au Moyen-Orient d’une zone sans arme nucléaire, incluant Israël et l’Iran.

 

 

 

        Retour haut de page               Retour à la page d'accueil     

Si vous souhaitez réagir au contenu de notre site, écrivez-nous 

Nous publierons les échanges les plus intéressants dans le tableau "Forum"