Chrétiens et juifs, ... des amis !

Le site de l'association COEUR: Comité OEcuménique d'Unité chrétienne pour la Repentance envers le peuple juif.

Jésus a dit:  "Si ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande, et va d'abord te réconcilier avec ton frère"   ( Evangile de Matthieu 5 : 23 )

Actualités

Sommaire

L'association COEUR

La revue YERUSHALAIM

Les auteurs

Liens

Fêtes et lectures juives de la Bible

Onésime

 

LA CULPABILITE DES CHRETIENS

        A L'EGARD DU PEUPLE JUIF

Par Sœur Pista de la Communauté Evangélique des Sœurs de Marie

   Texte paru dans Yerushalaim n°19 (mars 1999)

 

Jérusalem septembre 1997: dans une rencontre internationale organisée à l'occasion de la fête de Souccoth et regroupant des chrétiens de différentes nationalités et confessions, Soeur Pista de la Communauté Evangélique des Soeurs de Marie dont la maison-mère est à Darmstadt (Allemagne) eut l'occasion de prononcer une allocution qui fut particulièrement remarquée. Nous en donnons ci-dessous de larges extraits. On notera que la Communauté des Soeurs de Marie a institué depuis sa fondation un culte hebdomadaire chaque vendredi soir, à l'ouverture du shabbat; ce culte liturgique rassemble la communauté pour exprimer notamment la repentance de la chrétienté pour tous ses torts vis-à-vis du peuple juif.

 

 

 

Aujourd'hui, tandis que nous fêtons ensemble, mon coeur est rempli d'un profond respect et d'émerveillement. C'est vraiment incompréhensible que le Seigneur nous invite, nous les chrétiens issus des nations, à participer à la fête qu'Il célèbre avec Son peuple. Pourtant Dieu nous annonce, par l'Apôtre Paul dans Romains II, qu'en effet nous aurons part aux grâces accordées à Israël. Une branche d'olivier sauvage a été greffée - contre nature - sur l'olivier cultivé. Et c'est ainsi que nous avons part à la vie spirituelle de Son Peuple élu. C'est Israël qui est l'olivier franc. C'est pourquoi l'Apôtre ajoute un avertissement. "Garde-toi de l'orgueil ! Crains plutôt" (Romains 11,20) - sois plein de respect.

 

Cependant prendre conscience du fait que nous ne sommes rien, que nous sommes indignes, cela ne fait pas dans le vide. J'appartiens à la génération d'Allemands qui a grandi sous le IIIème Reich. A cause des crimes de notre nation, le Jugement de Dieu a frappé l'Allemagne.

 

Pourtant, c'est dans les ruines de la Deuxième Guerre Mondiale, il y a 50 ans, que notre Communauté Evangélique des Soeurs de Marie a pris naissance. Elle a été dès son origine un mouvement de repentance. Lorsqu'après la guerre l'ampleur du terrorisme nazi a été publique, nos yeux se sont ouverts et nous avons vu l'énormité des crimes commis par notre peuple envers les Juifs. Un cri de douleur monta du plus profond de nos coeurs, un cri suscité en nous par l'Esprit de Dieu :

 

Oh, qu'avons-nous fait, nous les Allemands: nous nous sommes tus devant l'injustice et les atrocités ; c'est pourquoi nous portons une part de responsabilité dans la persécution, la torture et le meurtre d'un si grand nombre parmi le peuple élu. les Juifs.

 

Cependant, dans Sa grâce, Dieu nous a donné des occasions de nous humilier profondément et de manifester notre repentir de manière concrète. Un monde nouveau s'est ouvert à nous lorsque, sous la conduite de nos mères fondatrices, Mère Basilea et Mère Martyria, nous avons commencé à voir Son peuple avec les yeux de Dieu. Combien ces premières rencontres avec nos frères et soeurs juifs nous ont été précieuses. Jamais nous n'oublierons les réactions de ces juifs très profondément blessés qui s'étaient à nouveau établis en Allemagne. Lorsque nous avons confessé notre culpabilité, nous repentant de notre indifférence et de notre manque d'amour, ils ont réagi...

Je me souviens comment nous avons célébré la Fête des Tabernacles avec eux pour la première fois. Quel privilège pour nous de tresser des guirlandes et d'orner les "Souccoth" des familles juives de Francfort, ville voisine. Le grand rabbin de notre pays de Hesse m'avait même invitée chez lui pour fêter avec sa famille.

Dans les années 60, le procès d'Auschwitz a eu lieu à Francfort. On nous a demandé de loger les survivants de la Shoah qui étaient cités comme témoins. Ce fut pour nous un privilège de les accompagner dans la salle d'audience, de pleurer avec eux, de prier pour eux, de les aimer, bref, de nous identifier à eux - justement ce que nous n'avions pas fait pendant le IIIème Reich.

Nous rendons aussi grâce à Dieu pour le privilège de pouvoir verser une goutte d'huile dans les profondes blessures des survivants de la Shoah qui sont accueillis dans notre maison Beth Avraham que nous avons ouverte ici à Jérusalem en 1961.

Et ainsi, lorsque nous jetons un regard en arrière vers les 40 années passés, nous sommes profondément émues d'avoir expérimenté un tel pardon de la part des juifs et de voir les liens d'amitiés qui nous unissent à eux.

 

Cependant, malgré tout cela, un lourd fardeau pèse encore sur notre coeur. Ce fardeau est en rapport avec notre histoire d'Eglise Chrétienne au cours des 2000 ans passés. Saint Paul écrit dans Romains chap.11  que le peuple juif est aimé à cause de ses pères. Mais l'amour n'a vraiment jamais marqué l'attitude de la chrétienté vis à vis des Juifs pendant ces 2000 ans passés.

Après le temple des Apôtres, la théorie est apparue que Dieu en avait fini avec les Juifs, que l'Eglise était le nouvel Israël et que les juifs étaient punis pour crime de déicide. Plus tard, quand le christianisme est devenu religion d'état, on utilisa cette théologie comme fondement pour des lois anti-juives ... Au fil du temps les Juifs ont été tenus responsables de chaque désastre. La peste en est un bon exemple : on a dit que les juifs l'auraient provoquée en empoisonnant les puits. Au nom de Jésus des cruautés inimaginables ont été commises : les Juifs ont été humiliés; privés de leurs droits, baptisés d'office, brûlés vifs sur des bûchers - des milliers et des milliers d'entre eux. Les fêtes chrétiennes, comme Pâques, ont souvent été des occasions pour agresser les Juifs. Pendant que les croisés brûlaient la population juive dans la synagogue de Jérusalem, ils chantaient : "O Christ, nous T'adorons."

 

Qu'il s'agisse des croisades ou plus tard des pogromes ou encore, du plus atroce de tous, la Shoah, c'est l'antisémitisme chrétien qui a frayé la route à toutes ces cruautés. Faut-il alors s'étonner que le nom de Jésus ne soit pas aimé par les Juifs et que pour eux la croix soit symbole de persécution ?

En vérité, au cours des 2000 ans passés, le peuple juif a souffert de plus de violences de la part des chrétiens que de quiconque d'autre. Nous les chrétiens d'aujourd'hui, nous avons part à la responsabilité de la persécution continuelle contre les Juifs à travers les siècles. Peu importe nos traditions ou confessions chrétiennes, nos racines spirituelles remontent toutes à l'église primitive.

En préparant ce résumé cet été, pendant quelques jours de silence, je n'ai guère pu songer à autre chose. Une pensée me poursuivait : "Les souffrances des Juifs, ne prendront-elles jamais fin ?" Si se plonger dans les livres pour relire tous ces faits est insoutenable, à combien plus forte raison le Père céleste doit-Il souffrir. Pendant presque 2000 ans Il a partagé les souffrances que les chrétiens ont infligées à Son peuple. Le prophète Esaïe atteste : "Dans toute leur détresse il a été en détresse" (Esaïe 63,9), et Zacharie écrit que celui qui touche à Israël, touche à la prunelle de l'oeil de Dieu (Zacharie 2,8). En agressant continuellement le peuple de Dieu, nous avons, pour ainsi dire, "arraché les yeux de Dieu". Devant Lui, nous ne pouvons que faire silence et admettre notre faute.

 

Oh, combien nous devons attrister le Dieu d'Israël par notre indifférence à l'égard de ces choses. Il se peut que nous avons oublié le passé, mais ni Lui, ni nos frères et soeurs juifs ne l'ont oublié. Haï, poursuivi, massacré à travers les siècles, le Juif est devenu symbole de Jésus, Lui-même, du serviteur souffrant d'Esaïe 53 qui a été méprisé, rejeté, tué sans cause. N'avons-nous pas à nouveau crucifié Jésus en Son peuple ? Dans son livre, Israël, Mon peuple élu (non publié en français), Mère Basilea s'étend plus en détail sur ce sujet.

 

Ces dernières années, l'Esprit de Dieu a agi dans notre Communauté et nous a convaincus de façon nouvelle et plus profonde de la culpabilité de notre passé chrétien? Et voici la raison pour laquelle je vous parle aujourd'hui : Nous sommes au seuil de l'an 20000. Des chrétiens du monde entier font des projets pour célébrer cet événements. Mais comment pouvons-nous fêter si nos mains sont maculées de sang ? Pourtant, il existe un chemin. Dans Sa miséricorde, Dieu nous y a pourvu. Nous l'apprenons dans le Psaume 51 : "Les sacrifices agréables à Dieu, c'est un esprit brisé : un coeur brisé et contrit, ô Dieu, tu ne le dédaignes pas."

Qu'adviendrait-il si on célébrait un culte de repentance à la vue de tout ce que nous, les chrétiens issus des nations, nous avons commis contre les Juifs durant ces 2000 ans écoulés, déshonorant ainsi le nom de Jésus ? Ne serait-ce pas une manière digne de célébrer cette fête : Ne serait-ce pas là, la joie de Dieu ?

 

Aujourd'hui, nous sommes ici des représentants d'une centaine de pays. Qu'adviendrait-il si nous tous, nous rentrions chez nous convaincus par le Saint-Esprit de notre culpabilité en tant que chrétiens et poussés par ce même Saint Esprit à partager cette conviction -discrètement, mais fermement -avec nos églises et nos communautés ? Imaginez ce qui se produirait dans le monde invisible et dans les coeurs de nos frères et soeurs juifs, si en l'an 2000 l'Esprit de Dieu agissait de façon nouvelle en nous et que, nous chrétiens, nous confessions que nous avons à nouveau crucifié Jésus et Son peuple.

 

S'il vous plaît, priez avec moi pour qu'en l'an 2000 des cultes de repentance aient lieu partout dans le monde, à un millier d'endroits. Même si les formes de cultes varient selon les pays et les traditions chrétiennes, nous serons un dans l'Esprit. Tout autour du globe nous serons unis devant le Seigneur dans la repentance.

 

Alors pourront venir des temps de rafraîchissement, pour les Juifs et les non-Juifs.

 

Sœur Pista

 

Nota: A la suite de cet appel, la Communauté a pu organiser à Jérusalem en 2002, une grande Convention sous le thème "Changer l'avenir en affrontant le passé". Des chrétiens protestants de plusieurs églises et nationalités y ont exprimé devant une assistance où les Juifs étaient nombreux, la repentance de leurs églises pour les actes et pensées antisémites qu'elles avaient vécus.

Des renseignements complets sur cette Convention et sur ses suites peuvent être trouvés sur le site de cette Communauté: <www.kanaan.org/> (en allemand et anglais)

 

 

 

         Retour haut de page           Retour au sommaire            Retour à la page d'accueil     

Si vous souhaitez réagir au contenu de notre site, écrivez-nous 

Nous publierons les échanges les plius intéressants dans le tableau "Forum"